Le Big Bang n’est pas la création de l’univers!

Comme James Peebles l’a souligné après son prix Nobel en 2019, le terme Big Bang qui connote une création en un lieu à un temps déterminé est un terme inadéquat. Si, pour le modèle cosmologique standard, l’équation d’Einstein définit un espace-temps qui implique une singularité, qui d’ailleurs ne fait pas partie de cet espace-temps, l’interpréter comme un début à cet espace-temps est un non sens à caractère anthropomorphique! Un espace-temps n’a nul besoin d’être localisé dans le temps et dans l’espace.

Cet espace-temps, représentant l’univers, est modélisé par une variété dotée d’une géométrie et d’une métrique, un objet mathématique totalement auto-suffisant, qui contient toutes les informations nécessaires à sa description. Il n’a donc besoin de rien d’autre que lui même pour exister. Autrement dit, il peut exister sans que rien d’autre n’existe!

La phénoménologie de l’univers ne peut donc être définie que par des propriétés géométriques internes de cet espace-temps. Ainsi l’expansion, par exemple, est une propriété interne : Les géodésiques suivies par les éléments infinitésimaux des fluides constitutifs de l’univers, toutes émergentes du voisinage de la singularité, divergent .

Donc l’univers n’a ni création, ni passé, ni présent, ni futur et n’est pas en expansion, le seul problème à se poser est celui de son existence. Compte tenu que nous faisons partie de cet univers, du fait de notre existence la réponse est sans ambiguïté : Il existe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *